Exercice Nemo suite et fin

boarding team gabon 33
boarding team gabon 33

Tous les participants à l’exercice NEMO ont eu des exercices spécifiques à réaliser en mer. Afin que ces exercices soient le plus rentable possible pour tous, des scenarii avaient été écrits pour simuler au mieux des situations réalistes dans ces régions.

C’est ainsi que les marins de Guinée équatoriale et des marins gabonais ont effectué un « boarding » sur le Godetia qui simulait un tanker suspect. Nos stagiaires togolais et béninois ont joué les figurants pour accentuer le côté réaliste de l’exercice.

Ce sont les centres opérationnels de chaque pays qui constatent une anomalie du parcours du navire et envoie alors une équipe pour le contrôler. Tout commence par une approche avec le patrouilleur ou une frégate, s’en suit alors des échanges radio, plus au moins ferme en fonction des réponses données.

Si des soupçons quelconques perdurent, le chef du «boarding team» décide de venir contrôler physiquement le navire suspect. Monter à bord d’un navire demande une certaine technique pour assurer la sécurité de tous. Ensuite, après des interrogatoires, contrôles des papiers, la boarding team passe si nécessaire à la fouille des personnes et du navire. En fonction de ce qu’ils trouvent, des actions ad hoc sont prises.

Les équipes gabonaises et de Guinée équatoriale ont tous pris l’exercice au sérieux, et les briefings d’après exercice leurs donnaient des inputs pour encore mieux travailler à l’avenir.

L’exercice NEMO fut également l’occasion pour les pilotes de l’Alouette française de réaliser des appontages à bord du Godetia. C’est ainsi qu’un échanges d’hommes et matériel fut effectué en hélicoptère entre le navire français et belge. Un entraînement grandeur nature qui permet de garder le niveau de compétence requis.

Comments

comments